IqraShop.netIqraShop.net

Livres

Audio (CD/MP3)

Jouets éducatifs

Cadeaux Décoration

Electronique

Prêt-à-porter

Beauté & Bien-être

Santé & Diététique

Autres produits
    Se connecter |  Créer un compte  |  Panier  |   Régler ma commande |   Contact  
 Produits (catégories)

Livres ›

Audio (CD/MP3) ›

Jouets éducatifs

Cadeaux Décoration ›

Electronique

Prêt-à-porter ›

Beauté & Bien-être ›

Santé & Diététique ›

Autres produits ›


 Choisir un thème
 Nouveautés
 Jeu de l’Alphabet Arabe - aUEE CaINæY CaUNEiE
Jeu de l’Alphabet Arabe - áÚÈÉ ÇáÍÑæÝ ÇáÚÑÈíÉ


Retrouvez-nous
sur Facebook

 Lettre d'informations
Recevez nos promos :
 
Inscription
Désinscription
 Pratique


à partir de 35 € d'achat

- Nouveautés !

- Livres français+arabe

- Livres en arabe

- Liste des Packs

- Les Promotions

- Rechercher avancée

- Questions fréquentes

- Ecouter le Saint Coran

- Ecouter les chants isl.

- Apprenez l'arabe

- Nos coordonnées

Aimes-moi ou je te jette un sort Livre
Prix public : 7,00 €
Roqya & protection
Aimes-moi ou je te jette un sort

La magie amoureuse est en vogue... un excellent ouvrage pour comprendre le fonctionnement du systéme et surtout en éviter ses piéges ..

Extrait du livre

SOS Charlatans.

Cette crédulité fait la fortune de milliers de voyants et autres fqihs qui pratiquent plus au moins légalement en France. On en compte plus de 50000. Le marché des arts divinatoires est estimé à 3,2 milliards d’euros ! Pour vous donner une idée, cette somme dépasse et de loin le chiffre d’affaires de toute l’édition. Le curé était au service de Dieu, il ne prenait rien pour ses « travaux ». Le sorcier sahar, lui, prend très cher. Or, tout le monde croit

aujourd’hui que seul ce qui est cher est efficace.

Les gens sont déboussolés, ils vont chercher du sacré là où il n’y en a pas et leur angoisse les pousse à rechercher toujours plus de magie et de mystère. Le stress de la vie moderne, les incertitudes d’un avenir radieux face à la morosité ambiante sont tels que l’individu a de plus en plus besoin d’être rassuré. On aurait tort d’imaginer que ces industries de la naïveté restent un phénomène marginal. Pour la seule entrée « occultisme », le moteur de recherche Google donnait au printemps 2005 plus de deux cent mille références disponibles. Pour l’entrée « paranormal », cette quantité faisait plus que doubler pour atteindre quatre cent trente mille résultats.

En effet, dans les campagnes marocaines où le taux d’analphabétisme avoisine les 80%, exacerbé par un chômage endémique, le charlatanisme et la sorcellerie restent des pratiques courantes. Dans ces régions isolées, l’invocation des djinns et démons est toujours pratiquée par les talebs et sorciers pour exorciser le mauvais œil, favoriser la fertilité des femmes, provoquer le mariage des vieilles filles ou jeter le mauvais sort.

Ces marchands de gris-gris ne sont pas tous des professionnels ou des anciens maîtrisant parfaitement leur art. Il y a beaucoup de charlatans, de profiteurs, d’ignorants, de gens méchants et maléfiques prêts à fabriquer les pires sorts pour quelques pièces. Des hommes et des femmes à l’apparence souvent sérieuse, vieux routiers en la matière, et qui fort d’une expérience accumulée sur le tas en matière de manipulation des esprits et des âmes, parviennent à leurrer une clientèle qui ne demande que ça. Les pratiques sont hétéroclites mais elles se manifestent toutes, ou presque, par des rituels, des cérémonies qui ont le plus souvent une connotation religieuse. C’est cette interférence avec le sacré qui donne au produit toute sa notoriété. Jouer sur une fibre aussi sensible requiert cependant certaines qualités. Le sorcier porte souvent l’étiquette du « fqih », un être qui dispose d’un nombre impressionnant de pouvoirs grâce à son apparent statut religieux.

Magie ! Quand tu nous tiens...

« Je suis allée une fois voir une voyante, par simple curiosité. Je voulais en savoir un peu plus sur un homme avec qui j’étais. J’ai été stupéfaite par le degré de connaissance de la voyante » raconte Karima (26 ans). Najet (31 ans) avoue avoir consulté un voyant pour « savoir si j’allais avoir un enfant car cela faisait deux ans que j’attendais sans succès. Je pensais que l’on m’avait fait quelque chose ». La clientèle des voyants et autres sorciers est hétérogène, bien que l’on trouve une majorité de femmes. Qu’elles soient jeunes ou âgées, rurales ou urbaines, branchées ou traditionnelles, toutes se retrouvent dans le même élan et irrésistible besoin de connaître l’avenir. Savoir si tout va bien quand tout autour de soi s’écroule et en connaître un peu plus sur soi, son destin, son copain (ine), ses enfants. Une quête du mystère et du lendemain qui révèle sans doute cette peur de l’inconnu qui caractérise l’être humain. L’homme veut agir sur son destin, il ne supporte pas de ne pouvoir l’influencer ou le diriger. Il veut exercer une influence sur le petit monde qui l’entoure et participer à la construction ou à la démolition de ce qui sera (ou pas) son futur, son projet de vie. Besoin pressant d’agir dans cet univers où tout équilibre est douteux, la bonne mine du voisin, une femme qui ne répond pas assez vite aux désirs de son amoureux. Magiciens et sorciers, trouvent là leur domaine d’action : détruire ces équilibres ou les rétablir.

« Ma sœur était malade, elle avait beaucoup changé. Elle était agressive et insultait les parents, je suis allé voir un fqih qui m’a dit qu’on lui avait jeté un sort. Pour 100 euros, il m’a donné des feuilles avec des écritures et de l’encens à brûler. Cela n’a rien donné. Il m’a dit de revenir pour un traitement plus fort. Je n’y suis jamais retourné. » (Kamel, 35 ans). La parole du fqih est sacrée et souvent lors du premier contact, le client est rapidement perdu. En décidant de consulter ces marabouts, il entre dans un univers fantasmagorique, avec son langage, ses affinités tribales, ses parcours balisés, ses fidèles, ses marchands et ses secrets. Le client, mis à l’aise est impressionné par les quelques informations sur son passé, il est comme envoûté et est par conséquent confiant, donc manipulable. La meilleure arme du sorcier, c’est la victime elle-même, la personne qui croit, celle qui désire le miracle, qui veut, de toutes ses forces, avoir la foi dans un monde de génies du mal. « La sorcellerie, c’est comme la drogue, on y rentre facilement, mais on n’en sort jamais » s’indigne cette jeune fille qui suit une psychothérapie pour avoir été traînée par ses parents chez les sorciers les plus notoires du bled.

Dans son ouvrage sur les secrets des stars de la politique et de l’art avec la magie, l’écrivain marocain Saber Chaoukat relate l’enfer de nombreuses célébrités qui ont eu le malheur de passer par la sphère des sorciers. Il cite notamment le cas de cette chanteuse marocaine qui a fait fortune en Egypte et qui est sous la coupe d’un sorcier qui la fait chanter en menaçant de révéler ses secrets les plus intimes. Dans une exploitation cynique du mal de vivre, les professionnels de l’irrationnel -fqihs et autres sorciers- sont passés maîtres dans l’art de la manipulation. Leur fond de commerce sont les angoisses primaires des gens : le pouvoir, l’argent et le sexe.

Ils sont généralement des maîtres dans la manipulation mentale. Ils détectent rapidement les personnes naïves, déprimées et désemparées. Pour ceux qui afficheraient une certaine méfiance, ils sauront par quelques tours de magie mêlés à des révélations fracassantes, les rallier à leur cause. Ils affirment souvent que la maladie, l’état psychique du client ou d’un tiers est grave et que le sort jeté est puissant. Ils savent effrayer et sont loin d’être des merlins l’enchanteur ou le druide à la soupe miraculeuse. Ils se rapprochent davantage d’un certain Gargamel, terrorisant les petites gens et profitant de leur faiblesse pour constituer leur fortune.

Ne pensez pas que le fait de s’être fait avoir une ou plusieurs fois vous éloigne de ces pseudos guérisseurs. Au contraire, car pour beaucoup, multiplier les visites chez différents voyants c’est renforcer l’espoir de guérison ou l’annonce de futures bonnes nouvelles : « Désespérée de trouver mon prince charmant, j’ai consulté au moins quatre voyants en France et trois au Maroc. Ils me disaient des choses contradictoires. Je voulais obtenir des informations quant à mon avenir sur le plan sentimental. Ces visites m’ont fatiguée. Maintenant, je m’en remets à Dieu, j’attends mon mektoub, c’est tout ! » (Louisa, 29 ans).

L’appel à l’irrationnel est une tentative désespérée de manifester sa continuité, une façon comme une autre de se forger des limites sécurisantes à un moment où la tribu, le clan, le parti, la famille semblent éclater sous la pression d’innombrables contradictions. Pour percer les secrets de son devenir, on multiplie les visites, on a foi aux résultats promis. On s’accroche à un hypothétique bonheur à venir. On cherche le bon côté du destin avec la patience d’un chercheur d’or, sans jamais lâcher prise, le résultat final est à ce prix. Dans la communauté arabo-musulmane, le fqih est respecté et comme on l’aime bien, on lui fait de la publicité. Les femmes se refilent les bonnes adresses et conseillent celles qui auraient quelques pépins avec la vie. Les vieilles femmes (mais aussi beaucoup de jeunes filles) et les mères de famille sont d’excellentes clientes. Elles ne voient aucune contradiction avec la religion et les pratiques d’ensorcellement qui frôlent souvent la mécréance. Le propos ici n’est pas de les stigmatiser, bien au contraire, elles ont sûrement des raisons et des parcours de vie difficiles voire dramatiques. La femme supporte le lourd fardeau du quotidien. Souvent illettrée, elle a une conception superficielle de la religion et un héritage culturel empreint de paganisme.

Dans les régions pauvres du Maroc, les gens sont amenés à croire en toute chose ne serait ce que pour espérer un meilleur lendemain. L’ignorance y sévit et ne fais que rendre les conditions meilleures pour des croyances dénuées de tout appui scientifique. La femme, reléguée à son simple sort avec toutes les responsabilités du foyer, est rendue assez vulnérable et donc, prédisposée à recourir à certaines pratiques occultes. Chez certaines demeure une réelle crainte de la sorcellerie, néanmoins, elles y ont recours en cas extrême. « Je connais une copine qui est séparée avec deux enfants. Elle est convaincue que son mari et sa famille lui jettent des sorts. Alors, elle a établi un contact avec un fqih du bled à qui elle lui envoie de l’argent chaque mois. Elle ne vit que pour ça. Elle est obnubilée par ces histoires de magie. Elle va jusqu’à s’endetter pour payer cet homme. J’ai essayé de la convaincre d’arrêter, mais je crois qu’elle est entrée dans une spirale. Elle a une peur bleue de ces histoires » (Karima, 28ans)


 

   

Voir toutes les images : Voir
 
Auteur : Miloud Ismaili
 
Type de produit : Livre
 
Nombre de pages : 61
 
Modèle ou Format : 14 x 20 cm
 
Editeur : Les Jumeaux
 
Langue : français
 
ISBN/EAN : 9782915307054 - 2915307059
 
Référence produit : 4491
 
Disponibilité : Disponible en stock
 
Nombre de commentaires (voir ci-dessous) : 0
 
Voir la liste de tous les produits de la catégorie : Société (Nouveautés)
Voir la liste de tous les produits de la catégorie : La Roqya (Nouveautés)
Rechercher des produits sur le même thème : Roqya & protection (Nouveautés)


Soyez le premier a donner votre avis sur ce produit.  Quantité :  Retour


 Les personnes qui ont acheté ce produit ont également acheté 
Dis pas n’importe quoi !
La vie conjugale dans la maison du prophète
Le livre du Talib al-'ilm - L'étudiant en sciences religieuses - Volume 1
Le livre du Talib al-'ilm - L'étudiant en sciences religieuses - Volume 2
Le livre du Talib al-'ilm - L'étudiant en sciences religieuses - Volume 4

 Tous les produits classés par thèmes 
Accessoires divers - Alimentation Halal - Apprentissage anglais - Apprentissage arabe - Apprentissage français - Apprentissage langues - Art & Culture - Artisanat & décoration - Beauté, Soins naturels - Bien-être - Biographies - Calligraphie - Chants (Nachids) - Compagnons - Comprendre l'Islam - Contes & histoires - Cours & Conférences - Cuisine - Culture berbère - Da'wa (Prédication) - Dicos & encyclopédies - Divers - Dogme ('Aqîda) - Economie & finance - Education - Electronique - Enfants - Ethique - Exhortation - Femme - Fondements du droit - Hadiths - Histoire & civilisations - Histoires du Coran - Idées Cadeaux - Informatique - Initiation à l’Islam - Interprétation rêves - Invocations (dou'â) - Islam & laïcité - Islam & Occident - Islam & Sciences - Islam contemporain - Jeûne (Ramadan) - Jeunesse - Jurisprudence - Littérature & poésie - Ludoéducatif - Mariage & Couples - Monde arabe - Mystique & Soufisme - Paradis - Enfer - Mort - Pèlerinage & ‘Omra - Philosophie - Politique & Géopol. - Pratique religieuse - Prénoms - Prêt-à-porter - Prophètes - Religions du Livre - Revues & Guides - Roqya & protection - Saint Coran - Santé & Diététique - Sciences du Coran - Sciences du Hadith - Société & Traditions - Sounna du Prophète - Spiritualité - Tafsîr (Exégèse) - Tajwîd (Règles) - Tourisme - Vie du Prophète saw - Zakat & aumône
 Rechercher
 

Recherche avancée

Recherche en arabe (Clavier arabe)

 Afficher une Réf.
REF  
 Promotions

Eau parfumée désodorisante "Mukhallat" (500 ml) - Musc d'Or
Eau parfumee desodorisante "Mukhallat" (500 ml) - Musc d'Or

8,00 €
5,50 €

Plus de Promos

 Panier Roqya & protection
Panier vide !
 Devises
 Langue (français)
Voir les produits
 Commentaires

 Ar-Rahiq Al-Makhtoum - Le Nectar Cachete - Biographie du Prophete Muhammad (SAW) - CaNIiÞ CaaIEæa
Ce livre est vraiment complet, il contient toute les données nécéssaires à une bonne compréhension de la biographie de notre prophète... la présentation est irreprochable. ..

  18/12/2017  Haut de la page  13:52 (Paris)  

Aide | FAQ | A propos de IqraShop.net |  Publicité

Protection de vos données personnelles | Conditions générales de vente | Webmaster

Tarifs revendeurs et associations (Achat en gros)

Copyright © Orientica - IqraShop - Couronnes Livres SAS - SIREN : 804 985 919 RCS Paris. Tous droits réservés.
101 rue Jean Pierre Timbaud - 75011 Paris - Métro : Couronnes